Les pierres par couleurs

 Les pierres vertes

 

Aventurine, l’aventurine peut être une pierre vert clair ou foncé. Il s’agit d’un quartz auquel les inclusions confèrent des teintes plus ou moins intenses ! Les principales variétés sont l’aventurine verte (avec inclusion de fuchsite) ou rouge-brune (avec inclusion d’hématite).

L’aventurine verte est bien l’une des plus recherchées pour son aspect magnifique, entre éclat métallique et reflets translucides. Il existe des gisements en France, mais les principaux pays producteurs restent le Brésil, l’Inde et la Chine.
 
Émeraude, l’émeraude est une variété rarissime de béryl verte. Cette pierre doit ses reflets bleus-verts à des traces de chrome. Il s’agit de l’une des plus anciennes gemmes connues de l’homme : ses traces remontent aux légendes et à l’histoire de la civilisation babylonienne. Très dure, cette pierre précieuse verte atteint 8 sur l’échelle de Mohs. Le principal pays producteur est aujourd’hui la Colombie, mais on en trouve également au Brésil, en Afghanistan, au Pakistan, en Zambie et à Madagascar. 

Amazonite, l’amazonite est un minéral de type feldspath à la couleur verte tirant sur le turquoise. Son nom évoque une origine liée au fleuve Amazone : il est vrai qu’elle présente un aspect luxuriant qui rappelle la rencontre entre la jungle et l’eau. En réalité, son histoire est encore plus ancienne : les Égyptiens utilisaient cette pierre précieuse verte pour créer de magnifiques bijoux en amazonite (bracelets, colliers, bagues…). Douée de nombreux pouvoirs et d’attributs en lithothérapie, la gemme est très recherchée sous forme de pierre roulée.

Jade, le jade se décline dans de nombreuses variétés de gemmes. Ses formes les plus pures sont la jadéite (rare) et la néphrite. Par son extrême dureté, elle fut utilisée dans la fabrication d’armes, du côté des civilisations précolombiennes. C’est aussi ce qui lui vaut d’être associée à la longévité, et notamment en Chine où on lui prête de nombreuses vertus médicinales.
De toutes les variétés de Jade, la plus recherchée est probablement le jade impérial (ou jadéite), reconnaissable à son aspect de pierre vert foncé. Les principaux gisements se trouvent en Chine et en Birmanie, mais on en trouve aussi en Russie, au Canada, au Guatemala, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Malachite, pierre fascinante aux reflets verts insondables, la malachite ne pouvait pas manquer à cette liste ! Cette gemme d’une grande valeur est facilement reconnaissable à ses stries concentriques. C’est l’une des plus recherchées par les collectionneurs. C’est aussi une pierre vert foncé très utile en lithothérapie, comme on va le voir plus bas. La malachite atteinte 4 sur l’échelle de Mohs, qui mesure la dureté.

Opale verte, minéral aux mille reflets, l’opale existe dans une version verte très recherchée ! Cette variété de pierre verte fossilisée, à base de silice, peut être composée d’eau à 20% ou plus. Son nom vient du sanskrit « upala », qui signifie pierre précieuse… Aujourd’hui, on la trouve dans plusieurs régions sèches, comme en Australie, au Mexique ou aux États-Unis.
L’opale verte se distingue par ses tons tirant sur le jaune. On la trouve sous la forme de pierres roulées de grande taille, ou galets. Ses dimensions XL permettent à la pierre d’opale verte de libérer toutes ses vertus en lithothérapie, et d’irradier une pièce avec son énergie unique. 
Liste non exhaustive 

Les pierres bleues


Agate, l’agate peut prendre plusieurs aspects, avec des teintes qui vont de la pierre bleu foncé au très clair. Une des variantes les plus appréciées est l’agate à lacets bleus, avec ses stries caractéristiques. Cette gemme bleue était déjà vénérée à l’époque de l’antiquité grecque. C’est d’ailleurs à cette période que remonte son nom, du grec Akhates (pour le nom d’une rivière en Sicile). Pierre protectrice, elle est associée à de nombreuses propriétés en lithothérapie. Elle est très recherchée sous la forme de pierres roulées.

Lapis-lazuli, l’étymologie de Lapis-lazuli signifie littéralement « pierre bleue ». Cette gemme mythique était déjà connue à l’époque de la civilisation égyptienne : elle servait notamment à orner les sarcophages des pharaons.

Son aspect captivant prend des tons bleus des plus profonds et intenses ! Pouvant parfois tirer sur le violet à l’état brut, il s’agit d’une pierre bleue qui permet de se sentir bien, à l’énergie très positive. Associée à la protection, à la sincérité et à la connaissance de soi, elle est particulièrement recherchée sous forme de pierre roulée de lapis-lazuli. La « pierre des pharaons » est aujourd’hui extraite dans plusieurs gisements de par le globe, des Andes à la Russie en passant par l’Afghanistan.

Sodalite, la sodalite est une pierre bleue aux reflets métalliques vibrants. Elle possède des teintes si intenses qu’on peut la confondre avec le lapis-lazuli. C’est pourtant une pierre bien particulière, à la personnalité marquée.

Son nom signifie littéralement « pierre de sodium ». La sodalite a été découverte sur le tard, au 19ème siècle. Cette pierre semi-précieuse bleue est très appréciée pour ses liens avec le courage et la confiance en soi. On trouve les principaux gisements de sodalite sur le continent américain (Canada, États-Unis et Brésil), ainsi qu’en Afghanistan, en Inde et en Italie.

Diamant, tous les diamants ne sont pas bleus : les transparents sont bien plus courants en joaillerie. En fait, les diamants à reflets bleus sont si rares que leurs gisements se comptent sur les doigts d’une main. Ils se trouvent dans trois pays : en Australie, en Inde et en Afrique du Sud.

Plus chère des pierres bleues, on dit que les diamants sont éternels ! C’est bien le minerai le plus dur que l’on trouve sur terre, atteignant 10 sur l’échelle de MOHS. Ce n’est pas par hasard qu’ils donnent leur nom aux noces de diamant, qui célèbrent les 60 ans de mariage. Pour toutes ces raisons, les diamants sont probablement la gemme la plus courtisée pour monter une pierre bleue en bijou (en collier, bague ou bracelet).

Aigue-marine, l’appellation « Aigue Marine » est dérivée du latin et signifie tout simplement « eau de mer ». Cette superbe pierre bleu clair est issue de la famille des béryls, tout comme l’émeraude ou la Morganite. Elle est généralement extraite dans des gisements au Brésil, au Pakistan ou au Nigéria.

Pierre précieuse à l’énergie aquatique, l’aigue marine nous invite à nous plonger dans ses reflets d’un bleu profond, pouvant dans certains cas tirer sur le vert d’eau. C’est aussi une gemme apaisante, utilisée pour relâcher le stress et l’anxiété. Elle favorise la communication et la prise de parole en public ! Comme l’eau, l’aigue marine est associée à la purification, au bien-être et à la régénérescence. Enfin, on lui prête des vertus de jouvence : elle permet de maintenir une peau et un esprit jeunes.

Saphir bleu, le saphir est l’autre pierre précieuse de cette liste. Elle atteint une dureté de 9 sur l’échelle de MOHS, ce qui en fait la gemme la plus dure après le diamant. La pierre de saphir bleue est caractérisée par une très haute saturation. Elle provient généralement de gisements situés en Birmanie, au Cachemire, au Sri Lanka, à Madagascar, en Australie et aux Etats-Unis.
Précieuses ou semi-précieuses : la liste de toutes les pierres bleues
Pierres précieuses bleues
Diamant
Saphir 
Liste non exhaustive 


Les pierres noires 


Onyx (ou agate noire), l’onyx est la variante noire de l’agate ou du jaspe. Pierre noire rarissime, cette gemme est connue depuis les temps anciens pour absorber les énergies négatives. Son nom vient du grec onux, qui signifie « ongle ». Plus elle en retient, plus son noir devient profond ! Avec son intensité et sa dureté (7 sur l’échelle de Mohs), l’onyx est particulièrement prisé en joaillerie. Pour un bijou en pierre noire du plus bel effet, vous pouvez miser sur un bracelet, une bague ou un collier en onyx.

Pierre d’ornement, elle joue un rôle fondamental en lithothérapie. Les principaux gisements se trouvent sur le continent américain (au Brésil, au Mexique, aux Etats-Unis ou en Uruguay), mais aussi en Inde ou à Madagascar.

Obsidienne, l’obsidienne noire est une roche d’essence volcanique, vitreuse et riche en silice. Pierre à l’aspect « magique », elle est naturellement liée aux éléments du feu et de la terre. D’un aspect noir intense, elle peut prendre facilement des reflets argentés, bruns ou gris.

De toutes les pierres semi-précieuses noires, l’obsidienne est celle qui remonte le plus loin dans l’histoire de l’humanité. Dès la préhistoire, elle aurait servi pour confectionner des armes. Son nom vient de l’antiquité romaine, lorsqu’un certain Obsius la ramena d’Éthiopie. Elle a ensuite accompagné la médecine. Aujourd’hui encore, on prête à l’obsidienne de nombreuses propriétés en lithothérapie.

Les bagues et bracelets en obsidienne sont très recherchés pour l’énergie puissante de cette gemme. Les gisements se trouvent tout autour de la planète, à proximité de l’activité volcanique. Cette gemme noire est extraite en France dans le massif central, en Grèce, en Arménie, mais aussi aux États-Unis ou au Japon.

Jaspe, le jaspe est une variété de quartz dont l’utilisation remonte à l’antiquité. Son étymologie (qui signifie « pierre tachetée ») peut être retracée dans les langues hébraïques, perses et arabes. En plus du jaspe noir, on trouve cette gemme dans différentes variétés et couleurs.

Les jaspes noirs sont parmi les plus recherchés : c’est le cas de la variété lydienne, ou du jaspe Picasso dont les éclats linéaires rappellent des traits de pinceau. Cette pierre semi-précieuse noire est connue pour sa dureté (7 sur l’échelle de Mohs). Cette densité lui vaut de nombreuses utilisations en joaillerie grâce à une découpe précise.


Opale noire, on dénombre plusieurs variétés d’opale noire. Avec ses tons intenses et profonds, l’opale isopyre est parfois confondue avec l’obsidienne. Mais la plus fascinante est peut-être la version australienne : extraite exclusivement en Océanie, l’opale noire de Lightning Ridge affiche de superbes éclats spectraux bleutés. Les propriétés de cette pierre noire sont proches de l’obsidienne, avec une capacité à absorber les énergies négatives et à protéger celle ou celui qui la porte.

Tourmaline noire, la tourmaline noire est un minéral opaque très prisé. Sous sa forme cristallisée, on la reconnait à ses lignes caractéristiques. Il a fallu attendre le 18ème siècle pour la voir arriver en Europe : elle provient d’Asie, son nom originel (Turamali) signifiant « pierre aux couleurs variées » en cinghalais (Sri Lanka).

La tourmaline existe dans de nombreuses nuances de couleurs qui incluent le rose vif ou le vert. La version noire est une des plus captivantes : ses capacités magnétiques en font une gemme très recherchée pour la lithothérapie. Les principaux gisements de tourmaline noire sont situés au Brésil (état du Minais Gerais) et à Madagascar.

Diamant noir, impossible de ne pas mentionner la plus sélect des pierres précieuses noires. Le diamant noir naturel est peut-être le plus rare et le plus recherché des matériaux, toutes gemmes confondues. Avec son aspect fascinant, le « carbonado » fait tourner les têtes depuis le 20ème siècle. Depuis sa découverte, l’engouement a été tel qu’il en existe une version artificielle, recréée à partir de diamants transparents.

Alors que les autres variétés de la plus dure des pierres précieuses proviennent de la terre, le diamant noir est probablement d’origine extra-terrestre. En effet, il pourrait être arrivé sur notre planète au sein de météorites. Les gisements sont rarissimes, exclusivement au Brésil et en Centrafrique. Avec un score de 10 sur l’échelle de Mohs, les diamants font l’objet d’une taille extrêmement précise, idéale pour des bijoux en pierre précieuse noire.
Liste non exhaustive 


Les pierres rouges


Rubis, on le surnomme parfois le « roi des pierres précieuses ». Le rubis est sans aucun doute la pierre précieuse rouge la plus recherchée ! Il s’agit d’un corindon, de la même famille que les saphirs. Il se fait remarquer par ses tonalités intenses et profondes, qui peuvent tirer vers le rose ou l’orangé.

Le rubis est une pierre rouge emblématique : l’explication de son nom provient tout simplement de « rubeus », qui signifie rouge en latin. Symbole du bonheur, il a toujours été l’apanage des puissants, des maharadjas de l’Inde aux empereurs de l’Antiquité. Aujourd’hui, le plus réputé est probablement le rubis cœur de pigeon aux teintes rouge sang. Le rubis est la pierre de naissance du mois de juillet.

Jaspe, comme quelques pierres rouges, le jaspe provient souvent des entrailles des volcans. Quand il n’est pas d’origine sédimentaire, il est formé dans des roches volcaniques riches en silice. Il prend alors la couleur de la lave. Taillé et poli, il peut être tacheté, marbré ou rouge uni ! D’ailleurs, le nom de cette pierre vient du latin « iaspis », qui signifie pierre tachetée. C’est le cas du jaspe sanguin, une pierre verte mouchetée de rouge.

Le jaspe rouge est une pierre ornementale relativement accessible. Il en existe des gisements abondants, du Brésil à l’Australie. On lui connaît de nombreux bienfaits en lithothérapie, comme détaillé ci-dessous.

Grenat, le grenat est une pierre fine rouge à l’éclat vitreux. Sa couleur peut rappeler le fruit de la grenade : c’est d’ailleurs de là que provient l’explication de son nom. Semi-précieux, sa trace remonte à la préhistoire et il a été utilisé en joaillerie dès l’Antiquité. Sa dureté peut atteindre un score de 6 à 7,5 sur l’échelle de Mohs : il est possible de lui appliquer des tailles très détaillées qui renforcent sa brillance. Si les grenats transparents sont les plus chers, il reste beaucoup plus accessible que les autres gemmes translucides, ce qui en fait une excellente option pour un bijou en pierre rouge.

En pierre roulée aussi, les grenats sont très utiles à la lithothérapie. Ils permettent de renforcer le cœur, l’énergie vitale ou encore la confiance en soi. C’est la pierre de naissance du mois de janvier.

Agate rouge, l’agate rouge est une cousine de la cornaline. On en trouve également dans les terres volcaniques et elle existe dans de nombreuses couleurs. L’une des plus remarquables est l’agate feu, qui prend l’aspect de charbons ardents !

Les agates donnent des pierres rouges très bon marché, grâce à des gisements abondants dans les grands pays d’extraction de gemmes (Brésil, Mexique, Russie, Australie…). Le nom de cette pierre rouge remonte lui aussi à l’Antiquité : il vient de la rivière Achates, un cours d’eau en Sicile (renommé depuis le Dirillo) où les agates proliféraient à l’époque romaine.

Sardoine, la sardoine est une autre pierre de la famille des calcédoines, de couleur rouge-brun (mais elle peut aussi tirer sur l’orange). Elle offre la même opacité que le jaspe. Elle a longtemps été une pierre d’ornement, utilisée dans les arts et mentionnée dans la bible.

Il existe plusieurs explications sur le nom de cette gemme rouge. La plus plausible l’associe aux termes « onyx sarde », de la Sardaigne d’où cette pierre fine est originaire. Aujourd’hui, on la trouve facilement en pierres roulées, un format idéal pour profiter de ses vertus litho-thérapeutiques.

Œil de Taureau, la signification du nom « œil de taureau » vient de l’aspect de cette pierre, ronde et rouge-brune. Comme le taureau, elle symbolise la force, l’énergie et la vitalité. Il est très recommandé de porter un œil de taureau en cas de baisse de forme ! Avec sa densité de 7 sur l’échelle de Mohs, elle est relativement dure. On la trouve souvent sous forme de pierres roulées ou de bracelet en pierre rouge, idéal pour se protéger des énergies négatives.

Liste non exhaustive

Les pierres roses et violettes 

Quartz rose, le quartz est probablement la pierre rose pâle la plus recherchée. Il se caractérise par un éclat translucide et des vertus apaisante. Cette gemme, dont les cristaux se trouvent en abondance au Brésil et à Madagascar, aurait de nombreux bienfaits sur le corps et le mental – en plus d’intensifier les propriétés des pierres qui l’entourent.

L’énergie apaisante du quartz rose est particulièrement conseillée aux natifs du Taureau, du Lion, du Sagittaire ou du Capricorne. Il inspire plus de compassion et d’empathie à ces signes de feu – mais tout le monde peut en profiter ! Autre avantage, sa dureté (7 sur l’échelle de Mohs) en fait une gemme très utilisée en joaillerie. Vous trouverez de superbes bagues, bracelets et colliers et quartz rose à porter au quotidien.

Signification du quartz rose

Le mot quartz provient de l’allemand « Gewarz », qui signifie excroissance. Il provient tout simplement de la forme que prennent les cristaux de quartz en formation. C’est une pierre qu’on associe fréquemment à l’amour, mais aussi à la paix, à l’amitié, à la compassion et à l’estime de soi (voir ci-dessous les bienfaits du quartz rose en lithothérapie).

Agate rose, cette pierre fine peut aller du rose vif éclatant au rose pâle. Reconnaissable à sa surface polie et douce, on la rencontre souvent sous forme de pierres roulées, de perles, ou sertie en bijoux en agate rose.

Les agates sont des gemmes ancestrales, connues depuis l’antiquité. De nombreuses légendes les mentionnent, souvent en les associant à Gaïa, déesse de la terre et de la nature. Aujourd’hui encore, la signification de l’agate rose est liée à la fertilité, à l’amour et à la compassion. Comme le quartz, c’est une pierre rose très accessible. On la trouve en abondance dans des gisements remarquables au Botswana ou au Brésil.

Rhodonite, la rhodonite est la pierre rose la plus emblématique ! Son nom vient du grec « Rhodon », qui signifie précisément rose. Il s’agit en fait d’une pierre à l’aspect marbré. Ses veines noires lui donnent un aspect complexe, aux reflets sombres, contrastant superbement avec son éclat rose vif.

Elle émet des vibrations intenses, qui diffusent ses nombreux bienfaits. Les vertus principales de la rhodonite sont l’amour et la compassion. C’est aussi une pierre qui permet de recharger ses énergies et de se sentir en sécurité, quelle que soit la situation. Sa dureté relativement basse la rend difficile à tailler en joaillerie : on l’apprécie la plupart du temps sous forme de perles de rhodonite ou de pierres roulées.

Tourmaline rose, la tourmaline est l’une des pierres roses les plus populaires. La raison ? Elle existe dans une grande variété de couleurs, du rose pâle aux tons vifs et pétillants des tourmalines rubellites ! Ces dernières sont si éclatantes qu’on les a souvent confondues avec des rubis…

On trouve même des tourmalines bicolores, comme la fameuse « melon d’eau », rose et verte ! Ce « caméléon des gemmes » génère de nombreux bienfaits pour le corps et l’esprit. La tourmaline permet même, selon la croyance populaire, de réparer les cicatrices de l’enfance. Elle diffuse une énergie réconfortante. Comme toutes les pierres roses pales, elle favorise la compassion et l’affectivité.

Rhodochrosite, le nom « rhodochrosite » vient de la même racine que la rhodonite. Son étymologie est composée du grec « rhodon », rose, et « khroma », la couleur.

La rhodochrosite est la pierre antistress par nature. Favorisant l’amour-propre, elle est idéale pour restaurer son équilibre émotionnel. Elle est reconnaissable à sa couleur rose pâle et à ses reflets doux. Son aspect complexe lui a valu d’être associée à de nombreuses légendes. Dans la culture andine, elle est connue comme la « rose de l’inca ». Avec des gisements répartis sur toute la planète, c’est une pierre relativement abordable.

Opale rose, l’opale rose est une pierre d’apparence douce, aux reflets laiteux et brillants. Elle est, elle aussi, très accessible : on la trouve en abondance dans la cordillère des Andes (c’est l’« opale rose des Andes »). En occident comme en orient, elle est connue depuis la nuit des temps. Son nom provient du sanskrit « Upala » qui signifie littéralement « pierre précieuse ».

Relativement souple, l’opale atteint une valeur qui va de 5,5 à 6,5 sur l’échelle de Mohs. Elle peut être sertie en bijoux ou appréciées en pierres roulées. Au quotidien, porter une opale rose soulage l’inquiétude, le stress et la dépression. Comme la plupart des pierres roses, elle inspire la paix et la tranquillité.
Liste non exhaustive

Les pierres roses et violettes (suite)

Améthyste, l’améthyste est une variété de quartz violet aux reflets profonds. Il s’agit d’une gemme mystérieuse et puissante, associée à de nombreux pouvoirs, dont la sérénité et la sagesse. Elle est idéale pour les hyperactifs !

Le nom de cette pierre violette remonte à l’antiquité grecque : il se compose du préfixe a- (pour la privation) et de méthystos, l’ivresse. En effet, les anciens croyaient que l’améthyste donnait tellement de clairvoyance qu’elle pouvait contrer les effets indésirables de l’alcool ! Grecs et romains buvaient, pour cette raison, dans des coupes en améthyste.

Aujourd’hui, la signification de l’améthyste est associée à la paix intérieure, à la perception, à la créativité et à la plénitude. Elle a aussi un pouvoir exceptionnel : une géode d’améthyste a la capacité de recharger, par ses vibrations, les pierres environnantes. C’est la pierre de naissance des natifs de février.

Fluorite, la fluorite est une pierre violette semi-transparente. Ce minerai « fluoré » se distingue par sa brillance et par le large spectre de couleurs qu’il peut refléter. Cette gemme peut faire cohabiter de nombreuses teintes dans une seule pierre, ce qui lui donne son aspect unique tour à tour lilas, jaune, bleu, vert…

La fluorite violette unie est elle aussi très recherchée. Son nom provient du latin fluere, s’écouler, du fait de son point de fusion plutôt bas : elle était utilisée depuis l’antiquité comme fondant pour la fabrication d’artefacts. Peu dense, avec un score de 4 sur l’échelle de Mohs, la fluorite se présente sous forme de perles, de galets, de pierres roulées ou de pointes. Elle est relativement accessible, grâce à de nombreux gisements dans le monde (Chine, Mexique, Mongolie, Russie, Espagne, etc…). En lithothérapie, cette pierre violette stabilise l’aura et les énergies, en plus de nombreux bienfaits (voir ci-dessous).

Calcédoine, la calcédoine est un minéral de la même famille que l’agate, le jaspe ou la cornaline. Symbole de vertu et de charité, cette pierre bleu-violet peut présenter un aspect uni ou strié de blanc. Comme les agates, c’est une pierre réconfortante et apaisante. Le nom de la Calcédoine est associé à une origine ancestrale : il provient de la ville de Chalcédoine, cité antique de l’actuelle Turquie (c’est aujourd’hui un quartier d’Istanbul appelé Kadiköy). On trouve de nombreux gisements de calcédoine au Canada, au Brésil, en Algérie et dans plusieurs pays d’Europe. En France, elle est extraite dans le Massif Central, dans le Finistère ou en Corse.

Kunzite, la kunzite est une variété de spodumène très recherchée pour sa couleur et sa clarté. Il s’agit d’une pierre violette pale, rose, pourpre ou lilas. Identifiée sur le tard, son nom provient du minéralogiste Frédéric Kunz, qui l’a définie en 1902. La kunzite présente une dureté élevée, de 6 à 7 sur l’échelle de Mohs (qui va jusqu’à 10). Elle peut prendre des aspects transparents ou opaques selon son format, qu’elle soit taillée ou en pierre roulée. Cette pierre violette a de nombreux bienfaits en lithothérapie, en tant que pierre apaisante et spirituelle.

Iolite ou Cordiérite, la iolite est la pierre violette par définition. La signification de son nom provient du mot grec ios, qui signifie violet. Elle est aussi appelée cordiérite, du nom du minéralogiste Louis Cordier, qui fut le premier à l’étudier en 1809. La iolite est une pierre violette transparente, dont les tons se rapprochent du bleu profond. D’autres iolites, plus pales, ressemblent aux saphirs (ce qui leur vaut le surnom de « saphirs d’eau »). D’une grande dureté, elle a une belle cote en joaillerie.

La iolite est une gemme très ancienne. Elle était mentionnée dans la mythologie viking comme instrument de navigation. Cette « boussole » de l’esprit a des pouvoirs très utiles à la lithothérapie : elle donnerait notamment accès au monde des rêves et de la spiritualité, entre autres bienfaits.

Sugilite, la sugilite n’est pas la plus connue des pierres violettes… Elle a été découverte sur le tard, en 1944, par Sugi Kenichi (c’est de là que vient la signification de son nom). Cette pierre japonaise peut prendre des tons violets ou pourpres, tachetés de blanc. Relativement rare, la sugilite se trouve le plus souvent sous forme de pierre roulée, en galet ou sertie en pendentif. Elle ne manque pas de pouvoirs et de bienfaits : c’est une pierre énergétique, pleine de confiance, idéale pour accompagner les voyages spirituels.

Liste non exhaustive

Les pierres orange et marrons

Cornaline, la cornaline est une variété rouge-orangée de calcédoine qui doit sa couleur à des inclusions d’hématite. Cette pierre rouge opaque présente un éclat vitreux et translucide, qui restitue merveilleusement la lumière lorsqu’elle est bien taillée. Elle peut alors tirer vers le rouge sombre. La cornaline est connue depuis l’antiquité égyptienne : la signification de cette pierre rouge l’associait avec la fertilité et l’harmonie. C’est aujourd’hui une pierre de chance qui peut aussi protéger des mauvaises énergies.

L'Œil de tigre, l'œil de tigre  à l’époque où Rome élargit ses frontières, les soldats et guerriers la portent en amulettes pour se préserver des coups et du danger. Au Moyen Âge, sur fond de chasses aux sorcières et de croyances mystiques, on arbore le pendentif œil de tigre pour se protéger du mauvais œil. En réalité, c’est au début du 19e siècle, en Afrique du Sud, qu’on la découvre. Elle est considérée quelque temps comme pierre précieuse pour sa rareté, mais l’exploitation d’autres gisements la place au rang des semi-précieuses. Cela n’enlève en rien ses propriétés fortement convoitées en lithothérapie.  

Quand on l’observe, sa ressemblance avec l’œil d’un félin est incontestable. Généralement de couleur brune ou jaune, l’œil de tigre attire le regard par ses tons chatoyants qui semblent s’animer avec le mouvement des yeux et du minéral. Il existe des variétés bleues, « œil de faucon », et rouges, renommées « œil de taureau ». Elles appartiennent toutes à la famille des quartzites microcristallins et sont composées de silice et de crocidolite.

Lorsque l’œil de tigre est brisé ou simplement frotté énergiquement, un phénomène lumineux semblable à l’éclair peut survenir, on l’appelle la triboluminescence. Cette réaction est provoquée par la séparation des charges positives et négatives qui forment des étincelles lorsqu’on les réunit. L’œil de tigre puise ses énergies dans le granite alcalin et la pegmatite. Ils sont issus des roches plutoniques magmatiques. La lenteur du processus de refroidissement du magma enclenche la création des cristaux. Le phénomène de pseudomorphose dissout la crocidolite avec le temps pour laisser place au quartz et garder ses fibres originelles. L’amiante qu’elle contient est donc sans danger pour la santé.

On exploite l’œil de tigre le plus souvent en Afrique du Sud ou au Sri Lanka. Mais il existe d’autres gisements au Canada, au Brésil ou aux États-Unis.

Calcite jaune, parfois appelée « calcite miel », elle baigne dans une lumière douce et apaisante. Sur le plexus solaire, elle est conseillée pour une meilleure digestion et le soulagement des ballonnements. Plus généralement, l’action reminéralisante de la calcite est fortement présente pour cette variété. 

Alors que la calcite existe depuis l’antiquité, c’est seulement au 17e siècle qu’elle suscite l’engouement de nombreux chercheurs. En 1669, le Danois Rasmus Bartholin 3 tombe sous le charme d’une variété incolore dénommée Spath d’Islande. Découverte au cœur des mines de la région Eskifjödhur en Islande, celle-ci a la particularité de présenter une biréfringence. Il s’agit d’une propriété physique qui permet à cette espèce minérale de propager la lumière qui la pénètre en deux rayons lumineux bien distincts. Séduits par la couleur et les propriétés de cette pierre, les naturalistes la baptisent pierre d’argent. Un peu plus tard, les recherches menées sur les cristaux de calcite donneront lieu à de véritables révélations :

Christiaan Huygens, William Nicol et Étienne Louis Malus mèneront des études sur la biréfringence entre 1678 et 1828 ;

Johan Carl Freiesleben observera les clivages de la calcite et leur attribuera le nom de chaux carbonée ;

René Just Haüy s’appuiera sur les recherches de Carl Freiesleben pour introduire la notion de molécule intégrante ;

Gabriel Delafosse inventera la cristallographie en 1840.

Depuis cette époque, le cristal est destiné à la fabrication de chaux, de ciment ou de pierres de construction. En métallurgie, il sert à fondre le verre, tandis qu’il permet de fabriquer des engrais dans l’industrie chimique. Mais s’il y a bien une utilité qui nous intéresse ici, c’est son utilisation en lithothérapie.  

Comme de nombreuses espèces de la famille des carbonates, la pierre calcite présente une palette de nuances et de coloris toutes plus attirantes les unes que les autres : jaune, orange, rouge, vert, bleu ou blanc. Ainsi, on observe autant de cristaux colorés que de pierres blanchâtres présentant des particularités similaires au marbre. Comme la dolomite, elle se compose exclusivement de carbonate de calcium. Toutefois, l’ensemble des métaux qu’elle renferme influencent son apparence. On recense des inclusions de fer, de zinc, de cuivre, de plomb, de manganèse, de baryum, de magnésium, d’aluminium, de nickel, de vanadium, de strontium, de chrome, de cobalt ou encore de molybdène. Il est parfois difficile de différencier la calcite de la dolomite. Seulement un test à l’acide révèle l’effervescence de cette première.

Courante sur l’ensemble de la croûte terrestre, la calcite se forme, comme le marbre, dans les roches métamorphiques et dans les roches calcaires. On compte d’importants gisements aux États-Unis, en France, au Mexique et au Canada.

Quartz fumé, les voyantes et les diseuses de bonne aventure ont été très inspirées par ce type de quartz, en particulier au 19e siècle. Elles aimaient l’utiliser, car contrairement à la limpidité du cristal de roche, la pierre quartz fumé empêchait les profanes d’accéder aux mystères contenus dans leurs boules de divination. Au château de Braemar, en Écosse, se trouve un énorme cristal de quartz fumé, pesant plus de 23 kilos. Il est très populaire en Écosse, essentiellement pour décorer les kilts écossais ou orner de magnifiques bijoux (des broches par exemple) ou des poignées de dagues nommées “sgian dhu”. Ces dagues traditionnelles des Highlands sont portées à l’intérieur de la chaussette, de sorte à laisser dépasser le manche. Des cristaux de grande taille ont été trouvés au Brésil (plus de 300 kilos) et également dans le Valais suisse, où l’on a découvert, en 1757, un cristal de quartz fumé de 600 kilos. La Smithsonian Institution, célèbre musée de Washington, possède dans ses collections de gemmes, un cristal taillé à facettes de 4500 carats, pesant 900 grammes. Le quartz doit son nom au grec ancien krustallos qui signifie la glace, par rapport à l’idée reçue affirmant que le quartz est une glace fabriquée par les dieux. Au douzième siècle, le quartz fumé était utilisé sous forme de verres, en Chine, dans le cadre de la confection des premières lunettes de soleil.
C’est une variété de quartz avec une couleur variant du marron très clair quasiment transparent au brun foncé. On l’appelle diamant d’Alençon, diamant allemand, diamant du Colorado ou encore topaze fumée, bien que ces appellations non fondées.   C’est un minéral souvent utilisé en bijouterie pour faire des pendentifs. Il faut savoir que le quartz peut revêtir tout type de teinte : rouge pour la cornaline, rose pour le quartz rose, jaune pour la citrine, vert pour l’aventurine, violet pour l’améthyste, marron pour le quartz fumé ou pur et transparent pour le cristal de roche. On retrouve 2 types de quartz fumé. Il y a le morion brun très foncé, presque noir opaque. On le nomme d’ailleurs quartz noir et on le trouve en France ou en Haute-Vienne. Il y a également le cairngorm, qui porte le nom des montagnes écossaises où il a été découvert. Le cairngorm est souvent jaune-brun fumé, ou parfois gris-brun. La pierre quartz fumé est une variété de quartz microcristallins, et tient sa teinte de l’irradiation naturelle ou provoquée, des sels d’aluminium qu’il contient. Cet aluminium a d’ailleurs une grosse influence sur le bénéfice apporté par ce type de matériau. Il fait partie du groupe des oxydes. C’est un dioxyde de silicium. Il est transparent jusqu’à être translucide, rarement opaque, avec un éclat vitreux. Sur l’échelle de Mohs, sa dureté est de 7 et sa densité est constante 2,65. Avec une cassure conchoïdale, il a un système cristallin trigonal. En ce qui concerne sa fluorescence, elle est variable et son pléochroïsme est considéré comme faible. Il est assez répandu. Il se constitue dans tous types de contextes géologiques : roches ignées et magmatiques, comme les pegmatites, roches sédimentaires, fentes alpines, veines hydrothermales. Il est trouvable partout, mais provient en grande partie de gisements exploités au Brésil, à Madagascar, en Écosse et en Ukraine (ce sont les gisements les plus productifs ou les plus spectaculaires d’un point de vue minéral). Ses nombreuses qualités sont reconnues à travers le monde entier.
Liste non exhaustives

Les pierres jaunes


 Citrine, La citrine est une vitamine C pour le mental ! Le nom de cette pierre jaune translucide provient du mot « citron ». Cette signification est liée à son aspect jaune clair qui peut tirer vers des tons orangés, voire brunissant. C’est sans doute la plus populaire des pierres jaunes ! Une citrine reflète superbement la lumière environnante. Ses couleurs chaudes en font un symbole de positivité, de joie et de gratitude.

Dès l’antiquité, la citrine était considérée comme un porte-bonheur. Sa signification est aussi liée à la chaleur solaire et à l’espoir de nouveaux départs. En la portant en bijou, vous pourriez bien éloigner les énergies négatives ! C’est aussi la pierre de naissance du mois de novembre. Les bijoux en citrine sont offerts pour les noces de muguet, célébrées après 13 ans de mariage.


Ambre, Chaque ambre est unique ! En effet, cette pierre jaune n’est pas d’origine minérale, mais organique. Il s’agit du résultat de sève fossilisée pendant 30 à 50 millions d’années. Miracle de la nature, l’ambre peut prendre des reflets jaune orangers si particuliers qu’ils ont donné leur nom à la couleur 
« ambre ».

Quel que soit son ton, l’ambre est très recherchée en bijouterie. Depuis des millénaires, on lui connaît des vertus puissantes… Le nom de cette pierre jaune vient du grec « ambrosios », qui signifie immortel ! Les bienfaits de l’ambre sont très nombreux : elle soulage les poussées dentaires des bébés, renforce l’immunité, améliore la circulation sanguine, réduit la fatigue, le stress, les douleurs musculaires… Issus de la sève, les gisements sont présents sur tous les continents. Les meilleurs spécimens sont issus de l’ambre baltique. Les bijoux en ambre sont offerts pour célébrer les noces du même nom, après 34 ans de mariage.

Le soufre, cette pierre est entachée d’une connotation négative… voire “sulfureuse”! Son odeur puissante et son origine volcanique l’ont souvent liée au diable, mais pas seulement. Le soufre est reconnu très tôt pour ses vertus purifiantes, assainissantes, mais aussi destructrices : c’est la purification par le feu. Ainsi, vers 150 av. J.-C., Caton l’Ancien propose une recette avec une composition soufrée contre la pyrale de vigne, un papillon ravageur. Homère lui attribue la propriété d’éloigner la vermine ; dans l’Odyssée, Ulysse en brûle pour purifier sa maison après avoir massacré les prétendants de sa femme Pénélope ; il demande de faire “soufrir” sa chambre. De même dans la Bible, il est associé au feu pour incarner la colère divine ; ensemble, ils détruisent afin de purifier notamment Sodome et Gomorrhe. Ses vertus purifiantes continuent d’être mises à profit : on l’utilise encore au XVe siècle contre la peste noire afin d’assainir les bâtiments, en les faisant “soufrir”.

Sa réputation négative vient aussi de la toxicité de ces valeurs. L’étude de ses émanations autour des volcans n’était ainsi pas sans danger. Pline l’Ancien, le naturaliste romain, mourut en 79, probablement intoxiqué par les vapeurs libérées par l’éruption du Vésuve (l’hydrogène sulfureux), cette même éruption qui détruisit Pompéi. Au Ve siècle avant J. C., Empédocle, philosophe et médecin grec fut se suicida en se jetant dans le cratère de l’Etna. Ce n’est pas le seul usage historique des composés soufrés. Des usages militaires furent développés dans différentes civilisations. Dioscoride, qui a posé les bases de la pharmacie scientifique dans l’antiquité grecque décrit sa fumée irritante, utilisée par l’armée grecque pour faire fuir ses ennemis, le dioxyde de soufre (so2). Plus tard, au XIe siècle, les Chinois créent la poudre à canon en le mélangeant à du salpêtre et du charbon de bois. Elle est découverte en Europe au XIIIe siècle.

Son étude scientifique chimique fut faite au XVIIIe siècle par Lavoissier et Gay-Lussac. Ils prouvèrent que la pierre soufre est un corps pur simple : c’est est un élément simple et non pas un composé. Les chimistes en retrouvèrent par la suite dans certains végétaux, dans la bile et le sang des animaux. Au début du XIXe siècle, ses propriétés fongicides sont scientifiquement établies et l’acide sulfurique est mise au point et brevetée. Dans la moitié du XIXe siècle, l’oïdium de la vigne ravage les vignobles français : après une diminution considérable de la production de vin, l’usage de produit soufré pour les traiter est testé puis généralisé.

Dès lors, son usage se répand dans de nombreux secteurs d’activités : pour le blanchiment de la laine et de la soie, pour les traitements fongicides et désinfectants et pour les engrais en agriculture, pour la production de poudre à canon et d’allumettes, pour la production d’acide sulfurique… L’extraction se développe ainsi dans des usines appelées sublimeries ou tritureries dans tout le sud de la France principalement pour répondre aux besoins croissants des vignerons.: des dizaines de ces usines se créent autour de villes comme Marseille, Montpellier, Frontignan, Sète, Narbonne, Bordeaux. L’application de ces productions soufrées était toxique et source de problèmes de sensibilité ; les émanations brûlaient les yeux des applicateurs. De nombreuses machines sont mises au point pour permettre une utilisation sans danger. Il est aussi utilisé transformé en sulfite dans la production du vin comme conservateur. L’usage de ces sulfites est actuellement controversé. L’eau sulfureuse est bue dans certaines cures thermales. Actuellement, les produits soufrés sont autorisés, avec modération cependant, en agriculture biologique pour leurs propriétés fongicides, acaricides et répulsives.

La Pyrite,  par sa vocation première, la pyrite devrait porter le nom de pierre de feu. Du grec pyr signifiant logiquement « feu », elle tient sa réputation des étincelles produites lorsqu’elle rentre en contact avec du fer. Dioscoride, médecin pharmacologue et botaniste grec, mentionne pour la première fois le minéral en 50 après Jésus-Christ. Pourtant, son utilisation pour les flammes remonte à la préhistoire. Mais la pyrite a bien d’autres cordes à son arc ! Son apparence luisante attire les Amérindiens qui se l’approprient pour en fabriquer des miroirs, tandis que sa teinte dorée lui vaut quelques anecdotes. Lors de la ruée vers l’or, la désillusion est grande pour les mineurs qui confondent la pyrite avec le métal précieux, au point de la baptiser l’or des fous.

Le minéralogiste, géologue et physicien autrichien Wilhelm Karl Ritter von Haidinger reconnait le succès de la pierre pour la conception de bijoux depuis la Grèce Antique en la nommant officiellement pyrite en 1845.

Durant le 20e siècle, la pyrite devient une source de soufre importante au niveau mondial, puisque 18 % de la production est issue de cette pierre avec un pic en 1985, année de forte extraction. Désormais, ce taux est nettement inférieur et ne représente plus que 8 % soit 6,6 millions de tonnes extraites chaque année. Contrairement à la magnétite ou l’hématite qui servent à fabriquer de l’acier, ce minéral a un coût plus élevé et intervient dans le processus de création de l’acide sulfurique, de l’or, du cuivre, du cobalt ou encore du nickel. Capable de moduler l’amplitude et plus connue sous le nom de poste à pyrite, la pierre s’illustre dans la réception radio. Pour finir, une multitude de fondations de bâtiments en sont composées. 

Espèce minérale composée de disulfure de fer, la pyrite présente plusieurs variétés à base de cobalt, de nickel, d’arsenic, de cuivre, d’argent, d’or, de zinc, de thallium, de vanadium ou de sélénium. Ces particularités visent à différencier la bravoïte, l’arsenian pyrite, la ballestorosite, la cayeuxite, la cobaltoan pyrite et la cobalt-nickel-pyrite. Classée à 6,5/10 sur l’échelle de Mohs mesurant la dureté des minéraux, cette pierre semi-précieuse forme des cristaux dodécaédriques et cubiques. Selon sa provenance, sa couleur dorée peut tirer vers le gris métallique, ce qui n’enlève en rien son apparence majestueuse. Aussi, son magnétisme est décuplé lorsqu’elle est soumise à hautes températures, ce qui la conforte dans son unicité. Attention, la pyrite réagit à l’acide nitrique en se dissolvant.

On retrouve la pyrite en grande quantité dans les gisements en Espagne, en Italie, en France, au Pérou, en Slovaquie et aux États-Unis. Elle est extraite plus rarement au cœur des météorites. 

Liste non exhaustives

Les pierres Blanches


Pierre de lune blanche, la pierre de lune est une superbe gemme aux reflets transparents. C’est son aspect nacré et translucide, évoquant l’astre lunaire, qui lui a valu son nom. Dans l’Antiquité, romains et grecs pensaient qu’il s’agissait d’un rayon de lune solidifié. Comme l’astre qu’elle représente, la pierre de lune a été associée aux cycles mensuels, à la féminité et à l’intuition.

Pierre blanche opaque et laiteuse, on prête à la pierre de lune de nombreuses vertus et significations. Elle apporterait à celle ou celui qui la porte clairvoyance, fertilité et passion… Pierre de recentrage, d’ancrage et d’apaisement, elle est notamment conseillée aux cancers et aux scorpions. Feldspath du groupe des silicates, elle atteinte une dureté de 6,5 sur l’échelle de Mohs. Cela lui permet d’être travaillée et sertie, pour des colliers, bracelets et bagues en pierre de lune.


Howlite, a l’état naturel, toutes les howlites sont des pierres blanches. C’est d’ailleurs l’une des plus appréciées de cette catégorie de gemmes. Son nom vient de son découvreur, Henry How, qui fut le premier à l’identifier – en 1868 au Canada. Cette pierre blanche opaque présente un aspect captivant grâce à ses veines foncées. Elles lui donnent un rendu marbré, sur un fond qui fait penser à de la porcelaine. Bien que solide, il s’agit d’une pierre relativement tendre avec un score de 4 sur l’échelle de Mohs. Elle s’apprécie en pierres roulées, ou sous la forme d’un bracelet en perles de howlite.


Diamant blanc, le diamant est le matériau le plus dur que l’on trouve sur terre. Et les diamants blancs sont la variété la plus recherchée de la plus éternelle des pierres précieuses ! En effet, plus il est incolore, et plus il prend de la valeur. Celle-ci peut atteindre des sommets, grâce à sa rareté… Cette pierre blanche transparente est associée aux 60 ans de mariage (noces de diamant). Pierre de naissance pour les natifs d’avril, elle est extrêmement prisée, que ce soit en bague, en boucles d’oreille, en collier ou en pendentif.


Agate, comme les diamants, cette gemme se décline dans des versions de toutes les couleurs. Mais l’agate blanche est l’une des plus rares et des plus recherchées ! Elle tient son nom de la rivière « Achates » (aujourd’hui rebaptisée le Dirillo), un cours d’eau situé en Sicile où elle abondait dans l’Antiquité. Les agates sont les pierres blanches préférées des gémeaux, des cancers ou des balances, mais pas seulement : elle aide toutes les personnes sensibles à consolider leur équilibre émotionnel.


Jade blanc, il est moins connu que sa version verte, mais tout aussi puissant… Le jade blanc est aussi apprécié pour la pureté de son éclat que pour ses vertus en lithothérapie. Son appellation en atteste : provenant de l’espagnol « ijada » (qui signifie le flanc), le nom « jade » s’explique par ses bienfaits supposés pour soigner maladies rénales ! Cette pierre fine est aussi très dure : il est possible de la sertir, pour des bijoux en jade blanc très recherchés.


Opale, il existe deux types d’opale blanche : la version blanche opaque, aux tons nacrés et laiteux, et la version transparente, irisée aux superbes reflets multicolores. Dans les deux cas, c’est une magnifique gemme blanche aux innombrables vertus.

L’opale blanche est très présente dans l’histoire et les légendes de l’Antiquité, de la Gaule à l’Inde ! Son nom provient du sanskrit « upala », qui signifie littéralement pierre précieuse. Pour le bonheur de ceux qui la recherchent, l’opale est aujourd’hui relativement accessible, grâce à d’abondants gisements situés en Australie.


Topaze, la topaze est une magnifique pierre blanche transparente. Semi-précieuse, sa ressemblance avec le diamant en fait un substitut beaucoup moins cher. Cette pierre fine atteint le score de 8 sur l’échelle de Mohs, ce qui la rend très utilisée en joaillerie et en bijouterie. Elle donne les superbes colliers, bracelets et bagues en topaze ! Connue depuis l’Antiquité (plutôt sous ses variantes bleues ou oranges), son nom provient de l’ancienne île de Topazios, en Egypte. 
Liste non exhaustives